Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 20:59

Je le disais ici et ici, les citoyens et l'Etat dans son ensemble doivent être partie prenante dans la lutte contre les islamistes. Ils attaquent ce que nous sommes, notre liberté, la possibilité que d'où qu'on vienne, quelque soit notre histoire, nous avons une identité commune, celle de la France. Les islamistes ont en horreur la culture et le patrimoine. Les talibans qui détruisent les statues les bouddahs de Bâmiyan où l'état islamique qui s'en prend à Palmyre. Ils ont en horreur tout ce qui peut dévier de leur vérité révélée, de leur vision étriquée du monde.

Chez nous, rien n'est étriqué. Notre culture, c'est tout l'inverse. Le patrimoine, l'histoire, la culture Grec, latine, juive, chrétienne, arabe-musulmane, la renaissance, les lumières et l'explosion de toutes les écoles de peinture, de musique ou de littérature bref, ce qui fonde notre civilisation c'est l'apport de tous et de toutes depuis des siècles.

 

Sans entrer dans des considération de qualité ou de goût, aujourd'hui on peut écouter Mozart et Black M. On peut raper sur Chopin. Lire Victor Hugo et Marc Lévy. Être ébahie devant une pièce de Sophocle et rire devant un spectacle de Kev Adams. 

 

C'est donc en faisant de la politique culturelle une priorité que nous pourront combattre la pensée islamiste et ainsi empêcher le basculement de nos jeunes vers la radicalisation.

Aller contre les certitudes

 

Tout est culture. Mais, même sans jugement de valeur, il existe une différence fondamentale entre la culture populaire et la culture "bourgeoise": l'accessibilité. La culture populaire se diffuse elle-même, il n'est pas nécessaire de s'en préoccuper. La culture Hip-hop est la culture du quotidien de la jeunesse, les films, les séries, les musiques actuelles sont plus devenus des produits de consommation qu'autre chose. 

L'enjeu pour les pouvoir publics est donc de concentrer toute l'énergie sur le théâtre, la danse, l'opéra, les livres, la photo, la peinture et la sculpture. 

Nous devons sortir nos jeunes de leur quotidien et de leurs habitudes pour les bousculer, les choquer, les interroger. Quoi de plus intéressant qu'une classe de 4ème d'un quartier pourri qui voit un opéra de Gounod pour la première fois de sa vie?

Ils iront peut-être avec des a priori. Il rigoleront, se moqueront. Mais il finiront par être happés par Faust même pendant plus de 3 heures. Qu'ils aiment ou pas n'est pas la question. L'essentiel est de voir autre chose, d'accepter l'inconnu, la nouveauté et donc accepter le point de vue de l'autre.

Les sortir de leur milieu social et culturel les déstabilisera et les fera donc s'interroger sur eux-mêmes et sur le monde. Ils deviendront plus grands, douteront, refuseront cette vérité révélée mortifère, remettront tout en cause et deviendront ainsi des citoyens éclairé et accomplis.

LA priorité pour les élus

 

Prendre la mesure de l'importance de la culture, c'est aussi changer d'approche politique. Il faut arrêter avec ce ministère de la jeunesse et des sports. Oui, le sport est important mais  le sport n'émancipe pas au même titre que la culture. Cependant le sport possède des avantages énormes pour des élus fainéants et sans imagination. Le foot, c'est facile, pas cher, et ça peut occuper au moins 22 gosses en même temps. Alors on construit des terrains. Un synthétique avec des poteaux carrés revient toujours moins cher qu'une salle de spectacle. Si on doit associer la jeunesse avec un autre porte feuille de ministère, c'est donc celui de la culture. 

 

La culture est notre arme de civilisation. Ce qui fait que nous vivons ensemble et partageons. Ça doit être une priorité pour nos élus. Surtout pour les élus locaux. C'est au niveau le plus proche des jeunes que le travail doit se faire. Pour gagner cette guerre, ce qu'il nous faut, c'est de l'orfèvrerie. Peu importe s'il faut envoyer un intermittent sonner à chaque porte de chaque ville, peu importe le coût financier. Respecter un pacte de stabilité européen parait bien futile face à l'embrigadement de nos jeunes.

Les artistes, les intermittents, les auteurs, peintres, plasticiens... sont les poumons de notre société qui nous font aller plus loin, plus haut.

Les élus surtout locaux doivent les valoriser et les faire partager leurs savoirs et leur art. Il doivent les envoyer en mission et aucun jeune ne doit passer à côté.

 

Le beau au quotidien 

 

La culture, c'est l'ouverture au monde. Mais c'est aussi le beau. Le beau au sens de l'art, de l'oeuvre, de la création. 

C'est pourquoi, au-delà des acteurs culturels classiques, les politiques doivent penser le beau dans leur gestion. Je parlais des quartiers ghettos ainsi que des campagnes abandonnées ici, il faut repenser l'approche urbaine des lieux de vie.

Empilement de tours et de barres, tonnes de béton, rien de plus triste et de plus abaissant pour l'esprit que les création d'habitats sans âme ces dernières années.

Comme disait I AM : "Les élus ressassent rénovation mais c'est toujours la même merde sous la dernière couche de peinture".

 

Il faut donc casser les ghettos et les repenser avec le beau comme objectif. Le beau c'est l'architecture, les paysages et la verdure (pas la pelouse jaunie mais les arbres, buissons plantes et fleurs) les sculptures et la peinture. Apporter de la vie, de l'admiration, du plaisir et du bonheur à vivre chez soi, avec les autres. Il va falloir être audacieux, voir loin et dépenser le temps et l'argent qu'il faudra pour sauvegarder notre liberté et casser le cercle vicieux de la radicalisation.

 

Casser ce cercle vicieux c'est aussi ne rien céder à ce qui fonde notre vie commune, mais ça, on en parle au prochain épisode.

Aux Juifs, Aux dessinateurs, Aux Français, Aux homosexuels, A tous ceux qui subissent les islamistes sur tous les continents.

Repost 0
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 17:40

Comme je le disais ici, nous devons tous être conscients de notre devoir collectif et individuel de ne pas ajouter de la tension à la tension. Après les diverses réactions affligeantes de certains à droite, nous devons, nous-même, montrer à quelques uns de nos représentants ce qu'est la dignité et la mesure.

Les politiques (et donc nous) ont une grande part de responsabilité dans ce qui se passe aujourd'hui. Ils sont responsables de ne pas comprendre ce qu'il se passe et responsables de ne pas agir en conséquence.

Mohammed Merah, Charlie Hebdo, Hyper Casher, 13 novembre, Nice... Les islamistes nous mènent une guerre sans interruption. Partout tout le temps, aucun répit, aucun repos.

Nous devons donc faire la même chose. Mener contre eux une guerre totale.

Je ne parle pas là de la guerre militaire en Irak, en Syrie ou en Afrique. Je parle de celle sur notre territoire. Une guerre totale : politique, économique, sociale et sécuritaire.

Faire face aux islamistes #2 - La guerre totale

La destruction des ghettos.

L'Etat doit redevenir une véritable puissance sur son territoire. Dans les quartiers difficiles de banlieues (et parfois de centre-ville), le banditisme est devenu allié de l'islamisme. Il faut donc réinvestir massivement ces pans entiers de villes abandonnés.

Avec des forces de l'ordre qui devront avancer centimètre par centimètre pour déloger chaque caïd et chaque organisation mafieuse.

Dans le même temps, il faut casser les tours, les barres, tous ces immeubles où ont été regroupés inconsciemment ou non les plus pauvres et, disons-le clairement, les noirs et les arabes. Il faut briser ce système par une accession au logement social plus transparente et une mixité réelle dans les logements.

Pour permettre de briser les barrière entre centre-ville chic et périphérie pauvre il faut, entre autres, revoir totalement les dispositifs de transports.

Le service public.

Les transports sont en effet un moyen de lier les territoires et donc de faciliter la circulation et la mixité. La problématique des banlieues sont également les mêmes dans les campagnes. Les petites villes, isolées, délaissées par les services publics.

Les politiques à mettre en oeuvre ne sont pas qu'urbaines. Transports, logements, mais aussi tous les services publics (au sens large) des lieux d'habitation doivent être réintégrés.

La poste, la police, l'école, le médecin, le trésor public... Les femmes et les hommes politiques ne doivent plus abandonner leur population.

Ils doivent aussi favoriser l'implantation de commerces de proximité en veillant à ne pas faciliter et soutenir la ghettoïsation et ses conséquences communautaristes. C'est du devoir des élus locaux que de construire une vie tranquille, riche et ouverte.

La politique totale

Les élus, locaux et nationaux doivent également coordonner leurs politiques en matière scolaire et éducatives.

L'islamisme veut détruire tout ce que nous sommes. Nous devons donc réaffirmer tout ce que nous sommes et diriger l'intégralité, j'ai bien dit l'intégralité, de nos politiques pour cette bataille. Les politiques sportives, économiques, les impôts, le travail en direction des personnes âgées, la petite enfance, la lutte contre toutes les discriminations, et même les politiques écologiques, tout, tout doit être repenser dans ce but précis de couper le souffle à l'islamisme. Nous devons tout mettre en oeuvre pour protéger les vies. Les politiques doivent tout réinventer. Tout remettre sur la table. La voilà la guerre totale.

Certains diront que ce n'est pas de gauche. Mais quand la gauche n'existera plus parce que trop occupée à défendre je ne sais quel combat, quand les femmes et les hommes de gauche seront tous morts en débattant d'un article 2 de je ne sais quelle loi, alors tout ça sera bien futile. La priorité c'est la vie.

Nous protéger physiquement d'abord pour protéger les générations futures et ce qu'il restera des grands acquis sociaux.

L'enjeu le plus important, pour endiguer la radicalisation des jeunes, et des moins jeunes, est sans doute la culture.

En effet, les islamistes nous mènent une guerre militaire, politique et culturelle. Et c'est la culture nous fera gagner.

Nous en parlerons au prochain billet. En attendant, interrogez-vous sur les priorités et les choix politiques de vos élus. Nationaux et locaux.

Aux Juifs, Aux dessinateurs, Aux Français, Aux homosexuels, A tous ceux qui subissent les islamistes sur tous les continents.

Repost 0
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 15:34

Voilà des mois que je n'avais plus l'envie d'écrire sur ce blog. Les commentaires de commentaires politiques, les retweets de tweets et les polémiques de polémiques m'avaient fatigué. La perte de sens du mandat de Hollande et les postures politiciennes m'avaient fait renoncer. Et la force m'a manquée en janvier, puis en novembre 2015.

 

Mais évidemment je bouillonne. Je bouillonne de tout ce que j'entends et vois sur ce qui nous empêche de vivre en paix depuis 2012 et Mohammed Merah.

 

Tout le monde, politiques, militants, citoyens, y va de son analyse, sa petite phrase, sa certitude. Alors vient le temps des miennes...

 

Comment combattre les islamistes? Je n'ai pas la vérité révélée, les seuls qui l'ont sont ceux qui nous assassinent. Mais j'ai peut-être quelques éléments de réponses. La première est la conscience collective. Le rôle que nous pouvons et devons jouer tous en tant que citoyens. Nous avons tous un devoir face à cette terreur : ne jamais tomber dans le piège de l'hystérie.

Faire face aux islamistes #1 - la conscience collective

L'autre c'est l'ennemi.

C'est facile de tomber dans l'accusation rapide de l'autre. Les arabes, les noirs, les musulmans... Les préjugés et la discriminations n'amèneront que du ressentiment de la part de ceux qui en sont victimes et ne règleront aucun des problèmes qui nous inquiète.

Parce que ce qui anime les islamistes c'est le racisme, l'homophobie, l'antisémitisme et reprendre leur haine ne ferait que leur donner plus de pouvoir. Déliter l'esprit de communauté nationale pour fortifier des petites communautés qui s'affrontent les unes aux autres est une victoire pour eux.

La réponse communautariste et identitaire, qu'elle soit de gauche ou d'extrême droite ne fera que renforcer les tensions dans notre pays.

Faire face aux islamistes #1 - la conscience collective

Les mots justes.

Faisons donc attention à ce que nous disons. Les cris de l'extrême droite et de certains à droite rajoutent de la violence à la violence, de la peur à la peur, de la surenchère à la surenchère.

A gauche aussi, nous devons être responsable des mots que l'on emploie. Et bien les utiliser. Entendre "Tout le monde déteste la police" dans cette période où toutes nos forces de sécurité sont à bout de souffle et certains d'entre eux se font assassiner chez eux. Cette violence des mots envers ceux qui nous protègent à chaque instant est lourde de conséquences. Mais être mesuré dans nos propos n'empêche pas de rester vigilant et intransigeant envers ceux qui commettent des bavures.

Il en est de même avec Valls et l'état d'urgence. On peut les combattre, trouver que le premier ministre est de droite ou est un con, ou les deux. Mais ceux qui parlent d'Etat policier et de dictature n'aident pas à clarifier le monde dans lequel nous sommes. Nous sommes en démocratie, avec ses faiblesses certes, mais en démocratie. Ceux qui utilisent ces termes pour la France font injure aux Russes, Nord-Coréens, Saoudiens... qui la subissent tous les jours et la payent de leur vie.

La hiérarchie des combats.

A gauche encore, souvent, on croit avoir raison, plus que les autres. Mieux que les autres. La loi travail en est un bon exemple. Une mobilisation et une opposition très fortes, un pouvoir bloqué sur ses positions qui fini par passer en force au parlement.

Cette mobilisation est légitime. Essentielle et salutaire. Mais tout ne peut pas être dit. On ne peut pas comparer l'encadrement policier des manifestations avec les rafles de Juifs lors de la seconde guerre mondiale. Tout n'est pas possible sous prétexte que l'on pense que son combat est juste.

Et la gauche pourra défiler autant qu'elle veut dans la rue. Elle pourra se mobiliser autant qu'elle veut dans les centrales nucléaires et les raffineries. Défendre les droits des salariés quand tous les salariés seront morts à cause des islamistes, les défilés n'auront plus grand sens.

Un peu de recul.

Alors attention à ce que l'on dit. Attention. Tournons sept fois notre langue dans notre bouche. Mélangeons sept fois nos doigts avant d'écrire un post Facebook ou un tweet. Interrogeons sept fois notre cerveau avant de nous enfermer dans une pensée toute faite, des préjugés restreints et des rejets étriqués.

Notre force à nous Français, c'est de pouvoir vivre ensemble alors que nous ne sommes souvent d'accord sur rien ou pas grand chose. Alors que nous nous engueulons tout le temps en famille ou entre ami sur des sujets aussi graves que futiles. Notre force c'est aussi d'aimer et d'accepter la contradiction et le débat. Même vigoureux.

Notre force c'est de se rappeler à chaque instant que ce qui nous unis est plus fort que ce qui nous divise.

Parce que le sursaut doit être citoyens mais aussi chez nos représentants, on se retrouve vite pour un #2 sur les politiques à mener.

En attendant n'ajoutons pas de la tension à la tension.

Peace

Aux Juifs, Aux dessinateurs, Aux Français, Aux homosexuels, A tous ceux qui subissent les islamistes sur tous les continents.

Repost 0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 12:11

La semaine dernière le magazine d'investigation de référence, Closer, "outait" Florian Philippot, numéro 2 du Front National.

 

 

Vie privée, vie publique

Philippot gay? Bien fait?

Révéler une information sur la vie privée de qui que ce soit est une saloperie. Certes Philippot est un personnage public mais savoir s'il aime les zizis, s'il a quatre maitresses ou s'il aime se faire attacher en porte-jarretelle à des cactus pendant qu'on lui verse de l'eau chaude entre les reins ne nous en apprendra pas beaucoup sur son action politique.

Alors rappelons-le, le principe de la vie privée est qu'elle soit... privée.

Se battre contre Philippot c'est se battre contre ses idées. ce sont ses idées qui sont dangereuses. Lui il ne laissera aucune trace dans l'Histoire de la France. Alors concentrons-nous sur ce qu'il pense, ce qu'il dit et ce qu'il fait, quelle que soit ses contradictions intérieures.

La vengeance est un plat qui se mange gay

Il me vient une question. Mais pourquoi certains, pour beaucoup homosexuels, sont ravis de cet outing subi? C'est comme un sentiment de vengeance qui leur donne un petit sourire en coin. "Ahah il a été méchant avec nous, bien fait pour lui, il va souffrir". Sur la souffrance, il doit certainement en connaitre un rayon. Je ne crois pas être le seul à avoir remarqué que sur son front était écrit "Je suis le petit gamin qui rasait les murs dans la cours d'école et me faisait casser la gueule à la récrée par des plus petits que moi". Etre au FN et être gay est une souffrance intérieure assez hard, pas la peine d'en rajouter. Mais ce n'est pas le problème principal.

Le problème de ceux qui se réjouissent de cette révélation est qu'ils en font une arme contre Philippot. Hors, être gay n'est pas une arme qui doit se retourner contre soit, quelles que soient ses idées. En faisant ça, le message envoyé est celui d'une homosexualité qui doit être vécue comme une honte. Comme une punition. Ca n'aidera pas les jeunes gays a arrêter de se suicider et confortera les homophobes dans le fait qu'être gay est contre nature.

 

 

L'outing efficace

Car tout le problème est là. "Outer" des personnalités contre leur gré ne changera rien à la vie des homosexuels. Un outing bien plus efficace? Celui qui est voulu. Celui de Bertrand Delanoë, du courageux Franck Riester, de Laurent Ruquier, Muriel Robin ou Amélie Mauresmo. Des gens qui assument leur sexualité et qui n'en font pas un problème. Juste un fait.

Philippot gay? Bien fait?

A ceux qui se réjouissent donc de cet outing forcé, vous êtes à la fois cause et conséquence de la violence de cette société. Vous êtes des armes à haine. Vous êtes ceux qui empêchent d'avancer tous ensemble vers un même but, celui de l'épanouissement de tous dans le respect et la paix. Vous êtes l'aigreur de notre pays. Comme l'est le Front National.

 

Pensez-y.

Repost 0
Published by Paske
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 14:49

Quand j'ai vu les réactions de Mélenchon et de Corbière sur la sortie du jeu Assassin's Creed Unity, je me suis dit qu'ils étaient vraiment drôles au Gorafi. Mais non. J'ai donc cru à ce qu'ils nous racontaient et je me suis rendu compte que ACUnity était une propagande monarchiste, que Mario était un coup du lobby des plombiers et Sonic une propagande de Greenpeace...

J'avoue que, tellement choqué, je n'ai pas trop su quoi me dire à part "mais ils sont vraiment idiots ces deux-là" (version polie).

Finalement, j'ai opté pour une réponse simple qui me demandait la même paresse intellectuelle que nos deux compères : reprendre le texte d'Alexis Corbière et le réécrire comme il aurait dû l'être. C'est parti :

 

 

 

Les créateurs d'Assassin's Creed Unity véhiculent la fierté de la France à travers le monde

 

A grand renfort médiatique, la société Ubisoft fait paraitre aujourd’hui un jeu vidéo nommé Assassin’s Creed Unity. Sans doute va-t-il rencontrer un grand succès. L’action, et c'est original, se déroule dans le Paris révolutionnaire à partir de 1789 jusqu'à quelques années après mais n'ayant pas fini le jeu je n'ai pas la date précise. Manifestement, il propose des images réalisées en 3D et un monde ouvert sans temps de téléchargement absolument magnifiques et je ne doute pas que les amateurs de ce genre de jeu vont passer un moment agréable devant leur écran. Personnellement, je suis fan de ce genre de jeu et de la saga plus particulièrement. J'aime les jeux vidéos qui savent créer des univers virtuels envoutants en se basant sur des faits réels et je trouve réducteur que l’on caricature ceux qui les pratiquent comme des gens enfermés sur eux-mêmes. Le jeu est le propre de l’Homme depuis des siècles et je goûte peu les discours assurant que « c’était mieux avant » et que « de mon temps on savait s’amuser ». Balivernes de vieux schnocks !Bref, le jeu vidéo est un jeu comme les autres. Il en est des bons et des mauvais, comme toute œuvre humaine.

 

Par contre, je ne suis pas dupe sur le fait qu’un jeu vidéo peut-être aussi le vecteur pour transmettre des idées et des valeurs culturelles. Dans la jeunesse il peut même sans doute être plus efficace que tous les cours d’histoire que propose l’Education nationale. C’est sur ce point-là que je préviens les gamers et leurs parents : un jeu vidéo n'est pas la réalité et Assassin's Creed Unity n'a pas pour ambition de remplacer les historiens et les professeurs de l'éducation nationale.

Je tiens à féliciter la société française Ubisoft qui a su nous proposer cette bande annonce accompagnant le jeu Assasin’s creed unity que j’ai trouvé sur internet. Le Peuple de Paris (comme celui de Florence, Rome, New York...) est présenté, comme dans les autres jeux de la saga, pour une cohorte brutale et sanguinaire, cette violence est produite par un ordre secret appelé les Templiers. Dans le deuxième volet, les Assassins s'attaquaient à l'Eglise catholique et dans le numéro 3, c'était contre l'Angleterre, pour la Révolution, l'indépendance des Etats-Unis et contre l'esclavage. Voilà une série qui n'hésite pas à permettre au joueur d'incarner un libérateur pour les peuples et contre l'ordre établi immuable défendu par les conservateurs et asservisseurs du peuple.

Après avoir regardé cette vidéo, le joueur reconnaitra que le studio, pépite française dont on peut être fier (Rayman, Just dance, Les lapins crétins), utilise comme bande-son la chanson d'un autre petit génie français Woodkid. Voilà un bel exemple de la France qui met en valeur son Histoire et son patrimoine pour un public international! Les créateurs de ce jeu s’inscrivent donc dans ce courant de plus en plus présent qui est le "made In France" et le patriotisme, à savoir exporter notre culture, notre Histoire, notre savoir-faire et notre patrimoine à travers le monde. Ce jeu permet ainsi de s'intéresser à l'Histoire en rentrant par la petite porte d'une fiction dont on est le héros. Je demande donc qu’un débat public s’engage sur la transmission de l’histoire notamment vers la jeunesse.

Ce qu'Alexis Corbière aurait du écrire sur Assasin's Creed Unity au lieu de dire des conneries

A tout ceux qui vont acheter Assassin’s creed unity, je leur souhaite un moment agréable, mais je leur dis aussi que le plaisir de jouer n’empêche pas de réfléchir. Jouer oui, mais ne croyez pas tout ce qui peut être montrer dans cet opus, mais ça vous le savez déjà car vous n'êtes pas idiots et le jeu le précise à chaque démarrage.

Voilà, Alexis ce que vous auriez pu/du écrire... (et pardon pour les droits d'auteur)

Repost 0
Published by Paske
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 13:18

Demain, Delphine Batho, députée et ancienne ministre de l'écologie, sort son premier livre : « Insoumise ».

Pour en faire la promo, elle a eu droit à une interview et à la Une du Parisien Magazine. On se souvient de celle de Montebourg en Marinière ou de Laurent Fabius en Monsieur Météo. Forcément c'est un peu iconoclaste et les réactions ont été nombreuses.

Delphine Batho et la Une du Parisien, la critique et la disqualification

Bonne Une ? Mauvaise Une ?

Certains "intellectuels" de gauche, avec qui je suis pourtant en accord sur quasiment tout, jugent cette couverture ridicule. Je trouve qu'elle a du sens et qu'elle n'a rien de très problématique. Mais chacun son avis, je peux le comprendre, on peut être mal à l'aise à cause d'une mise en scène d'un homme (ou d'une femme) politique. Mais peut importe c'est un débat sans fin qui n'a que peu d'intérêt. Si le problème des politiques n'était que les photos de magazines on serait très heureux...

Tout sur la forme rien sur le fond

Par contre quand l'insulte glisse sur celle qui fait cette une, ça me pose question. J'ai du mal à croire que des gens, qui sont intelligents, s'arrêtent à une photo sans parler de ce qui est dit, du fond. On a comme l'impression d'un mépris si grand que ça ne mérite même pas une discussion politique sérieuse. C'est un dénigrement qui empêche le débat, interdit d'entendre ce que Batho a à dire.

Ces gens-là sont pourtant prêts à débattre avec tout le monde (extrême gauche, gauche de la gauche, gouvernement, droite, extrême droite), et sur tout (l'économique, le social, le sociétal, l'identité...) Et ces gens-là sont, a priori, grosso modo d'accord sur pas mal de critiques que l'ancienne ministre fait à l'égard du gouvernement.

Alors ma question est pourquoi ces gens intelligents disqualifient une députée, ancienne ministre sans même argumenter politiquement?

Réponse E ?

A- Parce que c'est une apparatchik du PS, elle y est depuis son plus jeune âge (comme peut être 80% du PS alors pourquoi spécifiquement elle et pas la même réaction avec un Benoit Hamon ou un Manuel Valls?)

B- Parce qu'elle est conne tout simplement (alors pourquoi prêter attention à ce que peut dire une Rama Yade ou un Laurent Wauquiez?)

C-Parce qu'elle crache dans la soupe : ce gouvernement lui a tellement donné qu'elle pourrait être d'accord avec tout quand même... Elle pourrait ne pas critiquer Hollande qui l'a nourrit pendant plusieurs mois (alors quid de Benoît Hamon et Arnaud Montebourg).

D- Parce que si elle n'était pas d'accord il fallait le dire dès le début et pas se réveiller en juillet 2013 (alors quid de Benoît Hamon et Arnaud Montebourg).

E- Parce qu'elle a un nom qui fait faire trop de jeux de mots et du coup, c'est trop drôle on arrive pas à se concentrer et à parler sérieusement.

F- Parce qu'elle n'a que son bac et donc ne fait pas partie des gens qui ont fait des grandes études et qui ont donc le droit de penser

Bien sûr ce n'est pas la réponse F...

Repost 0
Published by Paske
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 14:27

De retour après quelques mois de sommeil revoici Paske.

"La gauche peut mourir" voilà une bien belle phrase de Manuel Valls. Mais pourquoi?

On va oser une parallèle musicalun peu capillotracté...

Le commencement

Au début, on a eu Marx, colonne vertébrale de la pensée de gauche, de la lutte des classes, de la défense du prolétariat... Au même moment (à peu près) la musique nous offre la grâce de Chopin qui donne sa vie et ses tripes à son piano.

Deux personnages qui bousculent, qui frappent et qui parlent au monde.

On a donc la gauche avec Marx mais aussi Bakounine ou Lénine, l'idéologie, la pensée, c'est le cerveau qui engendre l'action politique.

Musicalement on avance aussi avec des nouveaux courants qui, comme le classique, seront à la base de toutes les musiques d'aujourd'hui : le blues, le jazz.

Pourquoi la gauche meurt? Explication par Rihanna et Christophe Maé
Pourquoi la gauche meurt? Explication par Rihanna et Christophe Maé

La gauche va mourir

Et c'est là qu'on arrive à la démonstration implaccable!

Comparons Michel Sapin et Christophe Maé.

Prenez n'importe quelle chanson de Christophe Maé, elle ressemble à ses anciennes chansons mais aussi à ses prochaines.

Chez Michel c'est pareil. Chacune de ses interventions ressemble à celle d'avant et à celle d'après.

Les deux nous mettent de la merde dans les oreilles et nous font croire que c'est pour donner du bonheur. En attendant, ni Michel ni Christophe n'auront apporté quelque chose à la politique ou à la musique.

Pourquoi la gauche meurt? Explication par Rihanna et Christophe Maé

Autre exemple, Najat Vallaud-Belkacem

Deuxième exemple avec l'une des têtes d'affiche du Gouvernement.

Elle parle, on n'est pas forcément en (dés)accord, et son discours sonne bien mais creux, vide. Un peu comme Rihanna finalement. Des chansons sympas qui donnent envie de danser en boite. Mais des chansons qu'on aura oublié le lendemain matin avec des résidus de honte d'avoir cru s'être trémoussé sur du bon son alors que c'est la vodka qui parlait.

Alors oui, la musique va très mal, Rihanna et Christophe Maé font partie des "artistes" qu'on entend le plus. Najat Vallaud-Belkacem et Michel Sapin font partie des "politiques" qu'on entend le plus.

Tant qu'on aura des gens qui n'apportent rien, n'incarnent rien et ne pensent rien à la tête de la gauche et du pays, la mort du PS et de la gauche semble autant programmée que Christophe Maé et Rihanna sur NRJ.

Repost 0
Published by Paske
commenter cet article
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 16:34

Depuis des semaines, on dit tout et n'importe quoi sur la quenelle. Alors moi, modestement, aujourd'hui, je vous livre la vérité : Non, la quenelle n'est ni antisémite ni nazie.

La preuve : 90° sépare les deux gestes.

La preuve : 90° sépare les deux gestes.

Alors quenellistes antisémites et nazis, permettez-moi de cyber-lancer de l'eau dans votre gueule, rassurez-vous, elle n'est pas bouillante. A 90° près…

Et croyez-moi, vous, vos amis Le Pen, Soral et compagnie, on est encore quelques uns (trop peu nombreux) à rester bien droit, debout, face à vous, pour vous combattre. Sans relâche.

Repost 0
Published by Paske
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 12:34

Mardi matin, le député Malek Boutih a accordé une interview au Parisien et a dit « Il faut remplacer Jean-Marc Ayrault d'urgence ». Folie médiatique et politique, ça devient la polémique de la semaine. Alors ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Tout le monde y va de son petit commentaire. Donc c'est mon tour, je commente.

Du buzz, du clash et du buzz

Beaucoup de gens qui n'ont pas aimé ce qu'a dit Boutih l'on disqualifié en disant qu'il ne cherchait qu'à faire du buzz. Bon... C'est avoir une vision un peu courte quand même. Pour faire du buzz à moindre coup, il y a des choses plus faciles :

-Avoir un compte Twitter, commenter l'actualité et insulter tout le monde toutes les quatre minutes

-Faire la une du Parisien avec une marinière guidant le peuple

-Mettre dans la même phrase Taubira, singe, bonnet rouge, Rom, Valls...

Et, évidemment, c'est pas ce qu'il a fait. Quand on regarde et on écoute bien ses interventions depuis quelques mois, finalement, il est très cohérent avec lui-même. Ça s'inscrit dans une démarche politique sérieuse et réfléchie (qu'on soit d'accord ou pas avec ce qu'il a dit). Donc ceux qui ont parlé de buzz irresponsable etc, c'est être bien aveugle, bien sourd et avoir peu d'intelligence politique et de hauteur de vue.

Ferme-la

A part ceux qui ont parlé de buzz, certains sont allé plus loin. Michelle Delaunay par exemple avec ce tweet.

Malek Boutih, la raison du moins fort n'est jamais la meilleure?

On ne peut pas demander de changer de 1er ministre sous peine d'être exclu du parti. Alors pourquoi on ne pourrait pas exclure Michelle Delaunay puisqu'elle demande l'exclusion d'un élu. Comme ça tout le monde s’exclut, il y a plus personne et on est bien avancé... Et comme d'habitude, aucune réponse politique...

Il y a aussi la réponse de Kléber Mesquida. Il a écrit un mail assassin et mit en copie tous les députés PS. Regardons de plus près qui est ce Mesquida. Il est élu depuis... 36 ans, c'est un ultra-multi-cumulard qui n'était pas contre le texte sur le « rôle positif de la colonisation » en 2005. On a donc compris que cet homme était un trésor de l'humanité. C'est finalement plutôt rassurant de se faire insulter par ce genre de mec qui s'accroche à ses places d'élus et qui aurait pu se retrouver n'importe où sur l’échiquier politique...

Ces deux réactions montrent une chose inquiétante : ON NE CRITIQUE PAS LE ROI. « Hollande a été élu pour 5 ans, donc vous l'ouvrirez en 2017, avant c'est tous derrière lui quoi qu'il se passe » Belle vision de la gauche. D'ailleurs les syndicats (travailleurs, lycéens et étudiants) vous avez bosser pour avoir Hollande au pouvoir alors soyez contents et fermez-là. Ne défendez pas vos droits et vos convictions pendant 5 ans. Circulez y'a rien à voir.

Rien ne tient à rien

Bon à ce stade, vous l'aurez compris, je soutiens totalement Boutih. C'est vrai. Et encore plus depuis que j'ai vu les réactions démesurées qui ont suivies.

Je sais pas si vous avez remarqué la réaction de Ayrault, du gouvernement et des élus. Ayrault a répondu aux micros et caméras le matin même et surtout il a répondu à beaucoup de questions lors des questions au gouvernement (quatre je crois) et d'habitude, il ne parle quasiment pas. Il est donc monté au créneau pour montrer que oui, c'est bien lui le chef. Quand on en vient à dire qu'on est le chef, c'est qu'on ne l'est pas... Et quand tant de gens (élus) montent au front pour sauver le soldat Ayrault pour répondre à une pauvre phrase d'un pauvre député de banlieue, c'est bien que tout est fébrile, qu'une seule phrase peut faire vaciller au plus haut sommet de l'Etat. Rien n'est solide au gouvernement, rien ne tient à rien. Une question se pose du coup : S'il faut tant de réponses et d'énergie pour répondre à Malek Boutih qui les met en difficulté, comment font-ils pour résister aux banquiers, aux financiers qui affament les peuples et appauvrissent les Etats ? (Indice : la réponse est dans la question)

Malek Boutih, la raison du moins fort n'est jamais la meilleure?

Bref, Quand j'entends Malek Boutih demander un changement de premier ministre pour avoir un gouvernement de combat à la place d'un gouvernement de gestionnaires, je suis fier. Fier d'être de gauche. Fier qu'au moins un élu de cette majorité se rappelle par qui et pour qui il a été élu.

Malek, merci.

Repost 0
Published by Paske
commenter cet article
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 13:54

Y’a une semaine, un mec à peine majeur se faisait défoncer la gueule jusqu’à la mort par des militants d’extrême droite parce qu’il avait eu la malchance d’être de gauche et d’être contre les fachos. Qui sont les responsables ? Tout le monde y a répondu, en partie. Mais les réponses étaient toujours incomplètes.

Alors voilà ma liste (quasi) exhaustive de ceux qui ont laissé Clément Méric mourir.

         -Les connards qui ont fait ça et qi le referont n’importe quand, sur n’importe qui.


         -Les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires qui structurent des déstructurés.


         -Le Front National qui protège et nourrit ses petits des JNR.


        -Christine Boutin, Frigide Barjot et compagnie qui voulaient du sang. On a eu les larmes en supplément.


        -Tous ces manifestants d’après-messe qui se croient révolutionnaires alors qu’ils ne sont que putschistes et intolérants.


         -Nicolas Sarkozy qui pendant 10ans a fait monter la hargne individuelle de chacun contre chacun.


         -François Hollande et le gouvernement qui ont laissé pourrir la situation sur le mariage pour tous et donné l’occasion à la droite en serre-tête et mocassins de crier sa détestation du PD (et de la gauche, et de l’arabe…)


         -Les associations antiracistes qui brillent par leur absence et leur échec violent et qui a oublié que la priorité de la lutte contre le racisme, c’est la lutte contre l’extrême droite.


         -La gauche et à ses valeurs désincarnés et défendues par si peu de militants.


        -Nous tous, parce que quand un citoyen meurt à cause de ses idées, c’est de notre faute, à tous. C’est nous qui faisons la France, et notre résultat, c’est pas brillant.

 

Pour le prochain article ? Un peu d’espoir… j’espère… je suis pas sûr… je crois pas en fait…

 clement_meric_2013-06-09_a_09.38.57.jpg

Repost 0
Published by Paske
commenter cet article