Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 15:35

Ah... Jean-François... C'est la première fois que j'écris sur toi. Je sens que tu vas m'en filer du boulot pour les cinq prochaines années. Merci...ou pas. Donc ta dernière idée : parler du racisme antiblanc. Question primordiale dans la société actuelle. Oui. Le chômage, la crise, tout ça c'est surfait. C'est du discours de la gauche bien pensante. Alors que le racisme antiblancs, là, voilà! On y est! On pourfend la pensée unique! Merci Jef!

Malheureusement tout le monde s'engouffre, Le Pen qui dit "c'est moi qu'avait dit ça avant", Fillon qui dit "oui il a pas tort", et la gauche qui dit "bouuuuuh il reprend Le Pen". Oui c'est vrai, il reprend Le Pen. Mais quand on a dit ça, on a rien dit. Et on démonte pas ses propos, ses idées. Il faut absolument pour la gauche sortir de la posture Copé-FN même combat. Ca n'avait pas marché avec Sarkozy (vu sa campagne de second tour et son score pas si faible), ça marchera pas avec Copé. Alors on dit quoi? Bah moi, j'dis ça.

 

Il a (un peu) raison.

cope-racisme-antiblanc.jpg

Alors j'préfère le dire tout de suite avant qu'on m'insulte, je soutiens pas du tout Copé et je vais pas le défendre hein. Donc lisez jusqu'au bout et après discutons-en. Tranquillement. 

Évidemment que le racisme antiblancs existe. Le racisme, c'est pas réservé à une couleur de peau. Y'a pas que les blancs qui sont racistes et y'a pas que les noirs et les arabes qui sont victimes de racisme. C'est vrai dans tous les sens. C'est vrai selon les périodes de l'Histoire et c'est vrai selon le lieu on on vit. Certains à gauche disent "le racisme contre les blancs n'existe pas puisqu'ils subissent pas la discrimination". Le racisme, c'est pas que la discrimination. Par exemple, l'esclavage c'était autre chose que la discrimination. Les génocides (Seconde guerre mondiale, Rwanda, Darfour, Cambodge), c'est du racisme mais c'est pas de la discrimination et, c'est pas que des blancs contre les noirs et les arabes. Le racisme s'exprime de plein de façons différentes et vient de plein de gens différents contre plein de gens différents. Voilà pourquoi je dis : le racisme antiblancs existe. Donc évidemment, en France aujourd'hui, y'a certainement des cons racistes antiblancs, mais soyons honnêtes, les victimes du racisme, c'est les noirs et les arabes. Et ce racisme, aujourd'hui, en France, s'exprime surtout (mais pas que) par la discrimination. Mais faut faire gaffe parce que le Jef, il est pas con. Il sait où il veut en venir. Et c'est pas joli-joli...

 

Il a tort.

mission-cleopatre-300x300.jpgC'est pas joli-joli parce que derrière sa phrase à buzz (même si "gaulois"  ne peut plus être une insulte depuis Astérix et Obélix Mission Cléopâtre), il essaye de mettre un truc dans la tête de tout le monde. Identariser les débats. Bah oai. Grâce à ça, on parle pas d'antiracisme universel et on parle pas des problématiques sociales. Et discrètement, on installe un débat : "Les blancs sont moins des victimes que les arabes, mais plus victimes que les noirs?Et les blancs sont un peu victimes? Et les chinois?" Voilà donc un débat bien pourri qui prend vie. Concurrence des souffrances. Donc communautarisation. Donc comptage de ses semblables. Donc statistiques ethniques. Donc quotas. Donc défaite du social face aux communautés. Donc victoire historique par K.O. de cette nouvelle droite face au marxisme antiraciste. Et je répète que se battre contre le racisme c'est, en France ne pas faire de distinction entre les personnes visées par ces actes mais y répondre, par l'éducation. Et la loi bien sûr. Alors pour la gauche aujourd'hui, faut faire gaffe à pas se laisser enfermer dans ce débat. Parce que les idées de Copé, elles sont faciles à diffuser dans les têtes. Et s'exprime depuis longtemps finalement.

 

 

Ennemi de gare et ennemi de classe.

C'est alors que me revient un lointain souvenir (attention moment Père Castor). Y'a 7-8ans, je rentrais chez moi. il était 23h30, j'attendais le bus à la gare RER A de Joinville. Et un mec vient vers moi, voulait mon téléphone ou mon mp3 ou ma veste, enfin j'sais plus trop mais en tous cas il était pas commode. Evidemment, n'écoutant que mon courage, je refuse de me laisser faire. On en vient aux mains (heureusement qu'il faisait 10 kilos tout mouillé... comme moi). Et avant que ça devienne très chaud, heureusement, le bus salvateur arrive (108, je t'aime!). Scène de la vie courante quoi. Classique. Sauf que. Pendant que je monte dans le bus, il me crie : "Sale céfran de Joinville". (Céfran c'est quand même plus crédible que Gaulois comme insulte). Il était certainement autant Français que moi. Peut-être même que lui, contrairement à moi, ses deux parents étaient nés en France. 

Joinville-le-pont_rer_101.jpgA ce moment-là, je suis choqué. L'onde de choc retenti dans ma tête. Et son écho revient en 2012 grâce à Copé. Je sais enfin ce que cette insulte voulait dire. 

1- Je suis blanc donc Français. Ce mec, mon ennemi de la gare s'est auto-exclu de la nation dont il fait partie et qu'il construit. Donc il ne se sentait pas Français. Aujourd'hui, il doit certainement militer avec Morano ou Guéant et compagnie. Bah oai ils pensent la même chose. C'est des alliés objectifs fianlement. Moins les noirs et les arabes se sentent Français plus ça fait des choses à dire pour eux et plus ils disent des choses, moins les noirs et les arabes se sentent Français etc etc.

2- Bon j'habitais pas à Joinville donc il s'était bien planté le con... Mais Joinville c'est une ville sans histoire avec de la thune pour faire court. Donc si on continue dans sa logique, je suis blanc donc j'habite à Joinville, avec les riches. Et lui, n'est pas blanc, donc habite pas à Joinville mais avec les pauvres.

Finalement mon ennemi de la gare a tout résumé. Il ne se sentait pas Français parce que relégué dans un quartier pourri où on a entassé des noirs et des arabes dans des cité pourries. Et les blancs (sauf ceux qui sont dans la même merde dans les mêmes quartiers pourris) c'est les bourgeois. J'étais l'ennemi de classe de mon ennemi de la gare. Mais ça il le savait pas: vision identitaire de la classe sociale. Comme Copé.

 

Et Copé le sait. Avec cette putain de phrase, il fait jouer les blancs contre les noirs et les arabes. Alors surtout ne rentrons pas dans son jeu identitaire. Voilà à mon avis ce qu'il faut dire sur Copé. Pour aller plus loin que "perroquet du FN".

 

Repost 0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 15:03

5931347874326Y'en a eu des articles de blogs sur Caroline Fourest à la Fête de l'humanité. Et des réactions sur Twitter. Ça mettait de l'ambiance sur l'écran d'ordi. Évidemment, si vous avez lu un peu ce qui est écrit sur Paske, vous vous doutez bien que bon, ici, on apprécie Fourest. Alors j'vais pas me lancer dans une défense chiante de celle qui a pas pu parler de la lutte contre le FN pendant un débat. Mais, comme d'autres, parlons des Indivisibles, qui ont organisé ce happening. 

 

La banane d'or

Ils étaient là pour ça. Les Indivisibles voulaient remettre le "Y'a Bon Award" 2012 de "l'Expert chroniker". Bon c'est n'importe quoi de lui avoir décerné ça. Mais passons. J'ai pas envie de débattre de ça ici et maintenant.

Mais pourquoi venir lui donner et empêcher le débat à la fête de l'Huma? Pourquoi? Bah oui. Ils sont allés les remettre à Christophe Barbier ou Sylvie Pierre-Brossolette, eux-aussi lauréats? Pourtant je suppose que Rokhaya Diallo doit les croiser assez souvent pour pouvoir leur donner leur banane dorée. Pourquoi Caroline Fourest? Elle est pire que Richard Millet ou que l'UMP qui a reçu le trophée de "l'esprit d'équipe"? Je comprends pas pourquoi cette remise de prix sélective.

Le principe des "Y'a Bon Awards", j'trouve ça vachement bien. J'le dis. Mais arrêtons-nous sur le trophée. Une banane dorée. Du coup, ça veut dire que c'est pour critiquer ceux qui ont une vision post-coloniale, les racistes, ceux qui disent les bougnoules-les noirs-les singes, même combat, tout ça, ça grimpe aux arbres et ça mange des bananes. OK. Mais heum. La phrase primée de Fourest ne parle ni de noirs ni d'arabes. Elle parle de femmes voilées et du Hamas. Des musulmans a priori intégristes (le Hamas c'est pas le plus progressiste des partis hein...) ont quel rapport avec une banane? Avec le racisme? A mon avis on est dans un truc où tout est mélangé : religion, couleur de peau, nationalité, combats... De la bouillie intellectuelle qu'a pas l'air très bonne. (Promis on en parlera dans un autre article. Plus tard).

 

La victimisation et la jalousie

extrait-video-caroline-fourest-a-la-fete-de-l-huma-(source-

Les Indivisibles nous disent qu'ils voulaient juste donner leur banane. Mais, ils ont été maltraités par le service d'ordre de la Fête de l'Huma. Les pauvres. Ou les idiots. Fourest est menacée physiquement par l'extrême droite et les intégristes de tous bords. Donc forcément, quand elle est à un débat public, faut être vigilant. Plus que d'habitude. Donc le service d'ordre est sur les dents. Normal, vaut mieux assurer la sécurité des gens qu'on invite...

Donc oui le service d'ordre est pas là pour faire des bisous aux perturbateurs. Et puis hé, les gars, le service d'ordre de la Fête de l'Huma, c'est celui du parti communiste et de la CGT. Quand on se renseigne un peu et qu'on est militant, on sait que c'est pas des rigolos. Donc faites pas vos choqués, vos petits anges meurtris hein, vous saviez...

Pour les Indivisibles, Fourest est raciste, ça on a compris. Mais en fait en lisant bien leur petit texte, on se rend compte que c'est pas la seule raison. Bah non. Ils étaient pas invités. Alors ils avaient la rage. Ils sont jaloux, c'est des rageux quoi. Fourest elle est connue et passe à la télé. Pas eux. (exception faite de Diallo mais elle, c'est pas pareil...). Ils voulaient qu'un de leur membres monte et lui fasse la contradiction. D'abord, non mec, t'es pas invité à la tribune alors tu poseras tes questions depuis la salle. Et ensuite, contradiction sur quoi? C'est un débat contre le FN. Vous êtes aussi contres le FN donc y'a pas de contradiction à avoir...

Mieux que ça, les Indivisibles proposent des gens que les organisateurs auraient pu inviter à la place de Fourest. Mais, mais, mais... ils ont invité quelqu'un d'autre... Blasphème pour les Indivisibles, ils veulent être les seuls leader de l'antiracisme. Les vrais quoi. Bah c'est mal barré...


les_indivisible.jpg

 

Le communautarisme

Oai, c'est mal barré. Parce que quand on est antiraciste, on est pour l'égalité et l'universalisme des combats (je vais pas répéter tout ce que j'ai écrit mais vous pouvez voir tout ça ici). Mais a priori la lutte contre le racisme, c'est l'affaire de tous. C'est pas une histoire de noirs et d'arabes pour faire court. Comme plein d'autres sujets. La lutte contre l'homophobie, si y'avait que des homos pour se battre contre, ça irai pas bien loin. Pareil pour le féminisme. Heureusement que des mecs sont aussi féministes (comme ici). Et bah pareil pour le racisme et la lutte contre le Front National.

L'avantage c'est que tout le monde peut se battre contre le FN puisqu'il nous vend des idées racistes, antiféministes, homophobes... Un vrai pot-pourri. Bah les Indivisibles disent pas ça, non. Un grand merci à leur conclusion : "Au-delà de tout ça, nous réaffirmons que tant que les organisateurs n’auront pas compris que c’est à des militants et militantes victimes directes du racisme et à leurs alliées et alliés qu’il est impératif de donner la parole, il est évident qu’on ne pourra pas parler de "débat démocratique" sur le sujet."

Donc Fourest, étant pourtant dans les cases femme et homo pourrait parler en tant que victime du FN. Mais non. C'est les noirs et les arabes. C'est eux qui savent mieux. Un bon militant antiraciste n'est pas quelq'un qui s'y connait. Non. Un bon militant antiraciste est donc un noir ou un arabe. 

 

Pour l'universalisme des combats, on repassera.

 

JC

Repost 0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 13:46

3 mois. 3 longs mois. Sans écrire. C'est un peu partir pour mieux revenir finalement.
Si vous vous souvenez bien (et que vous êtes un lecteur assidu du blog), avant l'été, j'ai commencé une sorte de chronique sur l'antiracisme. Ici et ici. J'en ai évidemment pris plein la gueule de la part de membres éminents de SOS Racisme. Et... j'crois que j'ai aimé. Mais avec le changement à la tête de l'association, on peut espérer un éclaircissement de la ligne. Alors passons à autre chose, là aussi y'a à dire. Là aussi j'vais m'en prendre plein la gueule. Je sais, ceux qui vont lire ces lignes et qui vont le prendre pour eux et vont être énervés (y'en aura certainement), vont me traiter de raciste et machiste... comme pour cet article-là. Bref, aujourd'hui je vais vous parler de diversité et de Rokhaya Diallo.

Revendications noires
1288150797J'ai déjà expliqué ici pourquoi le marxisme est le fondement de l'antiracisme. Et donc pourquoi l'antiracisme est un fondement pour la gauche aussi.
Mais Rokhaya Diallo ne voit pas l'antiracisme comme un universalisme. Non. Elle préfère parler "Diversité". Mot magique. Qu'est-ce que ça peut bien être la diversité? Tout simple. Un copier-coller de c'qu'on voit aux États-Unis. Les minorités ethniques aux USA ont été (sont encore) discriminées donc on fait de la "contre discrimination", de la "discrimination positive". De la diversité. Pas assez de noirs (ça marche aussi avec les hispaniques, les asiatiques...) dans les universités (ou n'importe où, entreprises, administration...)? Pas de problème on met un quota de... on va dire 12% de noirs dans la fac et comme ça, ce sera divers. Voilà la diversité. Franchement, quand on y pense pas, quand on réfléchit pas trop au sujet (ou quand on réfléchit pas du tout), on peut se dire que c'est sexy. Au moins, les noirs vont à la fac.
Problème: les 12% vont y aller. Mais heum, les autres? Les 88% restant, hop, on s'en fout! Et quels sont les noirs qui vont pouvoir aller à la fac? Évidemment, pas les plus pauvres. Les plus riches, ceux qui ont du réseau (pas téléphonique...) et de l'argent. Les bourgeois, la classe dominante quoi (#JoueLaCommeMarx). Et là on se dit que si comme Diallo on est noir et qu'on défend ça, c'est qu'on fait pas parti des plus pauvres...

Télé noire
La diversité, en fait, c'est la mise en application des volontés communautaristes. Donc quand on fait partie d'une "minorité" et qu'on est pour les quotas et la diversité, soit c'est parce qu'on est du bon côté du couteau, soit on va se faire avoir, soit les deux. Prenons un autre exemple avec celle qui est maintenant notre amie Noire. Une nouvelle chaîne sur la tnt va être lancée: "TVous, la télédiversité". Diallo va être présentatrice sur cette future chaîne. D'abord, si elle y est c'est avant tout parce qu'elle est noire. Et en croyant militer pour ses compatriotes bronzés, qu'est-ce qu'elle va faire? Être la bonne conscience de ceux qui discriminent et pourront discriminer encore et encore. Bah oui, une chaîne spéciale pour les noirs. Comme ça pas besoin d'en mettre sur les autres. Au pire un ou deux mais bon, les noirs, avant ils avaient leurs chaînes d'esclaves maintenant ils ont leur chaîne de télé alors pas besoin d'en demander plus! Résultat totalement contre-productif et qui va dans le sens des communautaristes : quand on est noir, on a une spécificité et donc il nous faut des programmes spéciaux. Bon chez moi quand on est noir, d'abord on est Français. Et un programme qui intéresse un noir intéresse un blanc et inversement. Toussaint Louverture, Martin Luther King, Nelson Mandela... c'est pas l'histoire des noirs, c'est l'histoire des Hommes.799px-Tvous.png

Combat universel
Malheureusement, c'est plus facile de donner une carotte à une "communauté" que de lutter contre la discrimination et contre la domination des blancs-bourgeois (et donc de la reproduction sociale). Avec la diversité, on pourra donc passer de la domination blanc-bourgeoise (due à l'histoire de notre pays) à une domination blanc-noir-bourgeoise. Quel progrès!
Là est notre défi. La diversité contre l'égalité. Le communautarisme contre la communauté nationale. Rokhaya Diallo a choisi. Son modèle de société, c'est pas le mien alors...Alors à nous de convaincre de la force de l'égalité. A nous de LA convaincre (peut-être) qu'elle se trompe. Et pour ça, il faudra débattre et discuter. Toujours. Sans relâche. Sereinement. Et avec respect.

 

JC

Repost 0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 10:57

J'écrivais il y a quelques semaines l'un des problèmes actuels de l'antiracisme. Et pour tout dire j'avais tous mes articles en tête déjà : les associations antiracistes, la gauche politique, la droite, le capitalisme, la jeunesse... Y'en avait pour au moins 6-7 posts. Et tout ça ça nous amenait au problème de l'antiracisme d'aujourd'hui : une perte de repères terrible qui voit se confronter 2 visions : l'égalité face à la diversité. Mais, (y'a toujours un mais) l'actualité m'a rattrapé. Et c'est encore pire que ce que je pensais. 

 

De Marx à Lagerfeld

marxlagerfeldJe disais que les associations antiracistes ne savaient plus parler aux jeunes et que, du coup, la bataille idéologique était perdue (pour le moment) car les assos les plus importantes sont à la ramasse. J'avais pris l'exemple d'une "association X". Bon, pas de grand mystère, c'est de SOS Racisme dont il s'agit. Je disais que la vision marxiste était présente dans son logiciel de pensée mais totalement déconnectée du présent. Bah en fait c'est pire. C'est bien pire. En laissant l'égalité de côté et en parlant de diversité, cette association a totalement abandonné la lutte des classes. Terminez, tirez les rideaux! On va garder le côté cosmetique, c'est à la mode. Pour les Karl on va garder Lagerfeld seulement.

 

De Libé à SOS Racisme

Pourquoi je dis ça? J'vais pas réécrire ce que j'ai mis dans mon article précédent mais ce qui faisait la force de cette association c'était de croire à la lutte des classes et de la mener avec des luttes transversales pour unifier la classe dominée (en gros). Beaucoup de gens de gauche se sont horrifiés de la Une de Libé sur le manque de diversité dans les cabinets. Comme l'excellent Romain sur son blog Variae. Bon Libé doit faire 365 unes par an, y'en a forcément des ratées. Mais c'est pas le plus grave. Et non. Le plus grave c'est que cette Une vient de SOS Racisme. C'est Dominique Sopo (son président) qui a fait un communiqué quelques jours avant sur le manque de diversité dans les cabinets.

 

De l'égalité à la diversité

25963_le-president-de-sos-racisme-dominique-sopo-s-exprime-.jpg

SOS Racisme a toujours été le défenseur de l'égalité face à la diversité. J'vais pas faire un article ici sur le problème de la diversité, il arrivera bientôt. Mais SOS Racisme a toujours construit et consolidé la digue de l'égalité face à la diversité. Et aujourd'hui, c'est fini. Le dernier rempart face à la cosmetique de la diversité est tombé. La dernière aasociation antiraciste un peu audible qui a lancé des sujet de sociétés importants, gagné des débats, trouvé des solutions concrètes face au racisme et aux discriminations a basculé. Je ne vois que trois raisons possibles à ça. Et les trois sont consternantes. 

1- C'est plus facile de faire un coup médiatique et donc d'être entendu sur cet axe de communication.

2- SOS Racisme ne pense plus. Elle se tourne au gré du vent depuis qu'elle a perdu son esprit d'analyse.

3- Son président est un rageux. Il n'a été pris nul part, ni dans un ministère, ni dans un cabinet, ni dans une circonscription. Il se venge.

Il se peut que ce soit les trois raisons mélangées d'ailleurs...

 

De l'antiracisme à François Hollande

Les associations antiracistes ne sont plus capables de parler de l'égalité. De la défendre. Que nous reste-t-il à nous, les progressistes? Le président. Et son gouvernement. Heureusement qu'on a gagné les présidentielles sinon la véritable réussite de Sarkozy aurait été de tuer pour très longtemps ce désir d'égalité.

 

Prochains articles : Qui est la gauche de la diversité. Qu'est-ce que la diversité. Comment retrouver une société mobilisée autour de la défense de l'égalité. Et d'autres conneries entre-temps bien sûr!

 

JC

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 12:57

317343_francois-hollande-place-de-la-bastille-a-paris-au-so.jpg

Bon Hollande a gagné alors forcément, ici, on est en kiff. Mais heum, comment dire? J'suis super mal à l'aise. Comme beaucoup.

Cette campagne de l'entre-deux-tours de l'ex Président... Elle fait mal. Son score de second tour. Il fait mal. Le score du Front national... Il fait mal... 

Et donc, avec tout ça j'ai envie de dire une chose. On a perdu. Oui. Cette bataille idéologique du vivre-ensemble, on l'a perdue. Une fois encore. Impossible de la re-gagner depuis 10 ans. Du coup, je me sens orphelin. Orphelin d'un discours antiraciste et universaliste à l'écoute et écouté.


Pourquoi? Va-t-on reprendre l'avantage? Comment? J'vais donner mon avis (comme d'hab'). Évidemment j'prétends pas avoir LA vérité. Mais des petites idées. Et puis discutons. On fera peut-être avancer des choses, ensemble.

 

Pourquoi?

Qui défend le vivre-ensemble? Globalement, les plus en pointe là-dessus c'est les partis politiques de gauche et les organisations antiracistes. Je laisse de côté les partis, j'y reviendrai plus tard. Attaquons-nous aux organisations antiracistes. J'connais un peu le sujet. Donc j'ai vu, pour avoir été dedans et dehors, la lente agonie idéologique et militante de ces associations. Plus ou moins longue, plus ou moins marquée, le résultat est le même : elle n'ont pas réussi à remplir leur mission. Tout le déversoir de "haine des autres" depuis 5 ans, 10 ans, et plus, il n'a pas été enrayé ni même freiné. Pourtant, le coeur de cible de ces organisations c'est la jeunesse, la jeunesse métissée. La jeunesse qui doit porter ces idéaux du vivre-ensemble (ça aussi, j'y reviendrai). Mais ça marche pas. Y'a de moins en moins de jeunes pour se jeter corps et âmes dans le militantisme altruiste.

 

Pourquoi du pourquoi? La preuve par l'exemple.

Paske. Paske quand on est une association, remettre en question son mode de fonctionnement et sa vision de la société c'est dur, violent parfois. Donc on préfère continuer comme on a toujours fait. Même si ça va droit dans le mur. J'vais pas citer d'organisation précisément alors je vais prendre un exemple anonyme... On va dire que je l'appelle X. Comme ça personne ne se sentira visé (ou pas).

karl-marx.jpg

 

Cette association X est basé sur une lecture simple. On pourrait dire marxiste. Laquelle? (attention, vulgarisation, Karl et compagnie vont se retourner dans leurs tombes). L'antiracisme c'est une lutte transversale. Pour rendre la lutte des classes possible, il faut supprimer les discriminations et le racisme qui montent les prolétaires les uns contre les autres. Une fois que la classe ouvrière sera unifiée, elle pourra se battre victorieusement contre ceux qui l'exploitent. C'est avec des prolétaires traités à égalité que la lutte pourra se faire. Tout le monde me suit? Bien. C'est beau. J'y crois. Mais c'est complètement à la masse aujourd'hui. 

Les jeunes, qui portent (doivent porter) ce discours, sont aujourd'hui totalement imperméables aux idéologies marquées du 19è et 20è siècle (si vous voulez je ferai un autre post là-dessus, mais on verra). Globalement, les jeunes ne s'engagent plus pour des grandes causes belles et rebelles sans visée concrète. Sans résultat visible. Du coup, comme cette association X a gardé son logiciel (le fond) et sa façon de faire (la forme) elle ne parle plus à personne. Elle se vide, elle est en échec. Et un échec sur le vivre-ensemble a des conséquences lourdes. D'abord au niveau politique mais aussi au niveau interne de la lutte antiraciste.

 

De l'égalité à la diversité

Dans la lutte antiraciste, il reste peu de gens mais en plus, personne n'est d'accord! Et cet échec de l'association X amène à laisser la place à une vision particulière de l'antiracisme. Une vision à l'opposé de l'égalité et de l'universalisme, celle de la diversité. 

Voilà le combat à mener dans les prochains mois et prochaines années.


A suivre...

 

JC

Repost 0